12 de abril de 2007

Son cas illustre l’attirance qu’exerce naturellement le bouddhisme sur une pensée qui s´éveille de ses illusions sans se départir de ce que M. Albert Camus nomme `a si juste titre «l’orgueil européen» qui veut se relier à l’Éternel sans avoir à confier à un Être, échapper à sa solitude sans avoir à répondre à un autre, à l’Autre.
Henri de Lubac, La rencontre du bouddhisme et de l’occident, Aubier, 176